En reprenant les feuilles volantes qui constitues mes petites notes quotidiennes, je me suis rendu compte que selon les jours , je jouait au yoyo et ma motivation avec. Des jours voir des semaines parfaitement motivées et puis le néant.

Le premier mois été super dur. Le seul truc que j’arrivais à tenir, c’était les nouvelles habitudes alimentaires.

Par exemple, pour le petit dej, je devait alterner (ce que je suis encore à la lettre), entre 10 petit dej différents. Selon le rythme de ma journée, je décidais du quel je prennais pour commencer la journée et je le notais bien dans mon carnet, pour ne pas prendre 2 fois le même dans la semaine. Aussi, ça détendait de ce que j’avais et j’ai sous la main dans la semaine.

1

Pain de campagne avec beurre et miel, chocolat chaud, jus de clémentine

2

Muffin anglais, œufs brouilles et jus d’ananas

3

Pain au levain, fromage de chèvre, petit muffin aux myrtilles et café

4

Pain complet aux fruits sec avec beurre, amandes et raisins sec, fromage blanc, kiwi et infusion

5

Smoothie framboise kiwi, muesli au lait de riz, thé aux agrumes

6

Crêpes à la cassonade, clafoutis aux prunes, thé early grey, smoothie à la mangue

7

Cappucino, 3 biscuits, jus de fruits rouges

8

Biscottes avec beurre, thé au citron, compote pomme banane

9

Café au lait, salade de fruit frais, muesli aux fruits rouges

10

Pain complet aux céréales, omelette au comté, jus de raisin, fruits secs, café au lait

 

Mis à part le dej, j’ai continué à aller courir autour de chez moi. Au début seul, puis mon voisin s’est joint à moi. Il a tenu 2 semaines puis a abandonné. Je me suis en nouveau retrouvé seul. J’avais mes écouteurs. En fait, c’est quand il a lâché l’affaire que j’ai eu un cout de moue. Mais à chaque fois en rentrant du travail, je me changeais et je partais courir. Au début 15min, puis j’ai repoussé mes limites pour atteindre les 1h allée retour dans le mois, la dernière semaine. Les courbatures étaient horribles au début. Je me souviens, le matin j’avais juste envie de rester au lit et lors de ma journée de travail, j’étais plus lent. Mes collègues se moquaient de moi gentiment. Mais au bout d’un moment, ça devient plus facile.